réservé aux professionnels






Mot de passe oublié ?
Pas encore inscrit ?

 

Pub-Grunner1

 

La campagne de civelles 2012-2013

Civeliers de Loire © N. PorcherFin de saison en vue pour les fluviaux
[Le 19/03/2013]

Garonne, Dordogne, Charente, Seudre, Leyre

La saison de civelles sur l'UGA Garonne, Dordogne, Charente, Seudre, Leyre est définitivement fermée depuis le 14 mars pour les fluviaux.

Adour-courants côtiers

Malgré un reliquat, sur l'UGA Adour-courants côtiers landais, la pêche ne rouvrira pas. La position du bureau des milieux aquatiques du MEDDE est sans équivoque : « La réouverture de la pêche de l'anguille de moins de 12 cm ne peut s'envisager sur une UGA que si des mesures garantissent le non-dépassement du quota global. Dans le cas présent, le reliquat est de 148 kg et le nombre de pêcheurs autorisés à pêcher sur l'UGA est de 68. En l'absence de mesures d'encadrement spécifique, rien ne permet d'exclure que le quota soit dépassé en quelques nuits. La mise en œuvre de limitations individuelles des captures (susceptible d'éviter ce dépassement) n'est pas envisageable au regard des faibles quantités qui pourraient être octroyées à chaque pêcheur (environ 2,2 kg par pêcheur) ».

Loire, une brève réouverture

L'autorisation de réouverture de trois jours de la pêche à la civelle sur l' UGA Loire, Sèvre niortaise, côtiers vendéens (du 10 au 13 mars) s'est soldée par un flop. En effet, avant même que les fluviaux n'aient repris la pêche, les mareyeurs ont fait savoir qu'ils n'achèteraient aucune civelle faute de commande de repeuplement vers l'Europe. Après avoir été consulté par l'association agréée départementale de Loire-Atlantique, le MEDDE a finalement accordé une nouvelle réouverture du 25 mars (à midi) au 29 mars 2013 (à midi) pour un reliquat du sous-quota « repeuplement » de 158 kg. Chaque pêcheur n'aura le droit de capturer que 7 kg et devra effectuer une déclaration quotidienne de ses captures auprès de l'administration et de l'association agréée. Les civelles ne pourront pas être stockées en vivier.

La civelle rouvre en Loire [Le 07/03/2013]

Après les marins pêcheurs, c'est au tour des pêcheurs professionnels d'eau douce de l'Unité de gestion anguilles Loire, Sèvre niortaise, côtiers vendéens (UGA LCV) de bénéficier de trois nouveaux jours de pêche à la civelle, du 10 mars (midi) au 13 mars (midi). Chaque pêcheur n'aura le droit de pêcher que 7 kg, pour un total de 158 kg représentant le reliquat du sous-quota « repeuplement ». Les pêcheurs devront effectuer une déclaration quotidienne de leurs captures et les civelles ne pourront pas être stockées en vivier.

Civelles : statu quo en Adour [Le 07/03/2013]

L'UGA Adour-cours d'eau côtiers dispose d'un reliquat de 148 kg de civelles. Impossible à partager entre les pêcheurs (la part pour chacun d'eux étant jugée trop faible par l'administration). L'association des pêcheurs professionnels demandait alors que soit attribué ce quota restant au secteur « courants côtiers landais » n'ayant réalisé jusqu'à maintenant qu'environ 8 % des captures totales. C'était sans compter les textes en vigueur (article R. 436-65-3-III du Code de l'environnement) « qui ne permettent pas de mettre en œuvre des mesures de gestion des quotas civelles différentes au sein d'une même unité de gestion de l'anguille (UGA) », indiquait le bureau des milieux aquatiques du MEDDE. Affaire à suivre…

 

Civelles en Loire : l'incompréhension [Le 26/02/2013]

Civelliers en colèreLe 1er février 2013

Le 31 janvier 2013, les marins pêcheurs de l'UGA LCV (Unité de gestion anguille Loire, Côtiers vendéens) ont manifesté devant la préfecture de Nantes. Raison de leur colère : la suspension de leur quota de civelles par l'administration, une mesure particulièrement incompréhensible pour les marins. En effet, d'une part, l'abondance des civelles est absolument exceptionnelle cette année, et d'autre part, leur quota n'est nullement épuisé. Il reste normalement 2,6 tonnes à pêcher.
Cette « décision-sanction » sera examinée lors du groupe de travail civelles organisé à Paris, ce mercredi 6 février, au Comité National des Pêches Maritimes à l'initiative de la Direction des Pêches Maritimes. À suivre donc...

Le 18 février 2013

Réunion après réunion, les représentants des marins pêcheurs de l'UGA LCV (Unité de gestion anguille Loire, Côtiers vendéens) ont finalement obtenu une réouverture de la pêche. En accord avec la Direction des Pêches Maritimes, la capture d'1,5 tonne de civelles serait encore autorisée aux marins pêcheurs de ce secteur. Ce volume correspond au reliquat de leur sous-quota repeuplement. Pour l'heure, l'arrêté n'est pas signé et les dates de pêche demeurent inconnues.

Le 26 février 2013

La pêche à la civelle pour les marins pêcheurs de l'UGA LCV (Loire-Côtiers vendéens-Sèvre niortaise) rouvre ce 26 février à 22 h jusqu'au 1er mars à 8 h selon l'avis du MEDDE. Cette réouverture demandée par les professionnels doit permettre de consommer le reliquat du sous-quota « repeuplement ».
Un arrêté du Préfet de Région Pays de la Loire précise l'ensemble des modalités de réouverture. Il indique notamment que chaque pêcheur ne peut capturer que 7,5 kg de civelles et a l'obligation de déclarer chaque jour ses captures auprès des Délégations à la Mer et au Littoral.
Si à l'issue de cette campagne de trois jours, il reste encore un reliquat, une nouvelle réouverture de pêche pourrait être envisagée.
L'avis du MEDDE a également autorisé la réouverture de la pêche pour les marins pêcheurs de l'UGA BRE (Bretagne).

Un point sur les quotas [Le 10/01/2013]

Quotas de captures de civelles des pêcheurs professionnels en eau douce (campagne 2012-2013)

Unité de gestion
anguille (UGA)
Quota global 
(en kg)
Sous-quota
consommation
(en kg)
Sous-quota
repeuplement
(en kg)
Artois-Picardie 0 0 0
Seine-Normandie 0 0 0
Bretagne 0 0 0
Loire-Côtiers vendéens
Sèvre niortaise
1 700 850 850
Garonne-Dordogne
Charente-Seudre-Leyre
1 020 510 510
Adour-Cours d'eau côtiers 1 700 850 850
Total 4 420 2 210 2 210

En rouge : parution au Journal Officiel

Quotas de captures de civelles des marins pêcheurs
(campagne 2012-2013)

Unité de gestion
anguille (UGA)
Quota global
(en kg)
Sous-quota
consommation
(en kg)
Sous-quota
repeuplement
(en kg)
Artois-Picardie 340 170 170 
Seine-Normandie 1 020 510  510
Bretagne 3 060 1 530 1 530 
Loire-Côtiers vendéens
Sèvre niortaise
15980 7990 7 990
Garonne-Dordogne
Charente-Seudre-Leyre
7480 3 740  3 740
Adour-Cours d'eau côtiers 1 700 850 850
Total 29580 14 790  14 790

En rouge : parution au Journal Officiel

CivellesLes conditions hydro-climatiques dont bénéficie la façade atlantique depuis plusieurs semaines ont été particulièrement favorables à la pêche de la civelle. Les pêcheurs professionnels, qu'ils soient marins ou fluviaux, ont témoigné de niveaux de production tout à fait intéressants sur la plupart des zones de pêche. Des sous-quotas et des quotas sont d'ores et déjà atteints (voir tableaux). En prévision d'un éventuel accroissement de la production consécutif aux grandes marées des 11 au 15 janvier dernier, le CONAPPED et la CMEA avaient demandé à pouvoir disposer des plus récents niveaux de consommation des quotas de captures pour la campagne de pêche 2012-2013 pour les fluviaux et les marins.
Malheureusement l'administration a été incapable de retransmettre les données, pourtant indispensables pour éviter tout risque de dépassement et optimiser la gestion des quotas, dans des délais « raisonnables ». En effet, si le pêcheur est dans l'obligation d'envoyer le volume de ses captures dans un délai de 48 heures, l'administration, elle, prend tout son temps pour compiler les chiffres. Du coup, c'est lorsque les quotas sont largement dépassés que le projet d'arrêté est rédigé.... S'en suivent bien sûr la signature... puis la parution au journal officiel.... pour que la fermeture du quota soit effective. À ce moment, le dépassement du quota risque néanmoins d'être comptabilisé pour être soustrait au quota de l'année prochaine. Ceci veut dire que les quotas de la prochaine campagne seront probablement amputés d'avance de ce « trop pêché », et peu importe à l'administration que les pêcheurs français supportent des charges sociales, des emprunts de bateaux, véhicules ou de divers matériels.

Néanmoins, dans le contexte de crise que traverse la filière, la demande actuelle des marchés européens de l'alevin est insuffisante pour absorber toute la production communautaire à un prix satisfaisant pour les entreprises. Les carnets de commande des mareyeurs français ne se remplissent pas. Selon certains d'entre eux, il paraîtrait que dans le cadre de leur programme de repeuplement, plusieurs États membres se tournent vers l'Espagne et le Portugal, pays où la réglementation européenne n'est pas suivie (pêche de la civelle interdite et non contrôlée).

Toutefois, on peut s'attendre à un léger soubresaut de cette saison moribonde. En effet, pour que les dépassements de quotas ne deviennent pas monstrueux, l'administration a publié un certain nombre d'arrêtés de fermeture... en attendant que les captures soient véritablement comptabilisées. C'est seulement à l'heure des bilans que nous connaîtrons l'ampleur du dépassement ou peut-être la faiblesse d'un reliquat restant à pêcher pour chaque UGA. Mais à ce moment-là, restera-t-il des civelles pour honorer les dernières commandes ?

34 tonnes de civelles [Le 31/10/2012]

CivellesIl a fallu batailler jusqu'à la dernière minute. La saison de pêche à la civelle ouvre ce 1er novembre en Adour. Le 30 octobre, à 17 h, l'arrêté fixant les quotas de captures de civelles pour la saison 2012-2013 n'était toujours pas signé. Reçue en urgence par les cabinets de la ministre de l'Environnement, Delphine Batho, et du ministre délégué en charge de la pêche, Frédéric Cuvillier, une délégation, réunissant les représentants du CONAPPED, du CNPMEM et du WWF France, obtenait enfin, à l'issue de deux heures de discussions, un quota national de captures de 34 tonnes de civelles.

Quota à la baisse

Trois tonnes de moins toutefois que le quota sollicité par le comité socio-économique anguille ! En contrepartie de ce nouvel effort consenti, les représentants des pêcheurs professionnels, fluviaux et maritimes, demandent notamment, « qu'à chaque marée, pendant toute la durée de présence des civelles, pour assurer leur libre circulation et limiter les mortalités massives des alevins observées parfois au droit de ces ouvrages, des manœuvres d'écluses ou de vannes et/ou une gestion adaptée des lâchers d'eau soient assurées aux barrages d'Arzal sur la Vilaine, des Enfreneaux sur la Sèvre niortaise, de Saujon sur la Seudre, de Coutras sur l'Isles (affluent de la Dordogne) et à l'écluse Saint-Félix au confluent de l'Erdre et de la Loire (haut lieu de braconnage) ». Autant d'ouvrages considérés par les professionnels de la pêche comme de graves points noirs de blocages des migrations. À défaut, les professionnels se tiennent à la disposition des décideurs et des gestionnaires pour intervenir dans le cadre de dispositifs exceptionnels, strictement encadrés, visant à éviter « la perte sèche de ces alevins pour l'espèce ». Les relances des opérations d'effacements des barrages de la Roche qui Boit et de Vezins sur la Sélune ont également été demandées.

Quotas de captures de civelles des pêcheurs professionnels en eau douce

Unité de gestion
anguille (UGA)
Quota global 
(en kg)
Sous-quota
consommation
(en kg)
Sous-quota
repeuplement
(en kg)
Artois-Picardie 0 0 0
Seine-Normandie 0 0 0
Bretagne 0 0 0
Loire-Côtiers vendéens
Sèvre niortaise
1 700
850

850

Garonne-Dordogne
Charente-Seudre-Leyre
1 020 510 510
Adour-Cours d'eau côtiers 1 700 850 850
Total 4 420 2 210 2 210

Quotas de captures de civelles des marins pêcheurs

Unité de gestion
anguille (UGA)
Quota global
(en kg)
Sous-quota
consommation
(en kg)
Sous-quota
repeuplement
(en kg)
Artois-Picardie 340 170 170 
Seine-Normandie 1 020 510  510
Bretagne 3 060 1 530 1 530 
Loire-Côtiers vendéens
Sèvre niortaise
15  980 7 990 7 990
Garonne-Dordogne
Charente-Seudre-Leyre
7  480

3 740

3 740
Adour-Cours d'eau côtiers 1 700 850 850
Total 29  580 14 790  14 790

Les autres revendications (le gel des contraintes imposées à la profession en attente de l'atteinte des objectifs 2012 fixés pour les autres sources de mortalité de l'anguille, la réalisation d'un bilan de la mise en œuvre des Plans de gestion anguille au regard du repeuplement des autres États membres et la révision de l'approche de restauration de l'espèce vers une approche écosystémique) seront examinées lors d'une prochaine réunion.

Pour rappel, le plan de gestion anguille français (PGA), approuvé par la Commission européenne, en février 2010, prévoit une réduction de la mortalité par pêche de 30 % pour les anguilles et de 40 % pour les civelles d'ici 2015. Depuis la mise en œuvre du PGA, les civelliers ont toujours pleinement rempli leurs objectifs.

[Retour haut de page]