réservé aux professionnels






Mot de passe oublié ?
Pas encore inscrit ?

 

Pub-Grunner1

 

Quand la mort de chiens est préjudiciable aux pêcheurs professionnels

CyanosD'avoir lapé de l'eau de Loire, de la Vienne et de leurs boires croupie aux cyanobactéries, des chiens sont morts. « Mais aucun autre animal fréquentant habituellement les rives de ces cours d'eau, castors, chevreuils, n'a été retrouvé ainsi. Et aucune mortalité de poissons n'a été constatée » rappelle Jérôme Monfray, président des pêcheurs professionnels de Loire Bretagne. Et si les analyses, pratiquées par l'agence régionale de santé, sur les échantillons d'eau prélevés aux endroits de décès des chiens, montrent des taux de cyanobactéries dépassant les normes autorisées, celles réalisées dans le lit du fleuve et les eaux de baignade, n'ont pas décelé de concentration anormale de ces agents pathogènes. Le préfet du Maine-et-Loire n'en a pas moins interdit, à titre préventif, la consommation de poissons de Loire dans son département. Lors d'une réunion, ce 30 août, à la préfecture d'Indre-et-Loire, pouvoirs publics et services de santé reconnaissaient pourtant que l'état des connaissances ne permettait nullement d'estimer les risques pour la santé humaine de consommation de poissons éventuellement contaminés. Le préfet de ce département cantonnait l'interdiction de consommation de poissons au secteur des communes de Beaumont-en-Véron et de Thizay, traversées par la Vienne, où fut retrouvé l'un des chiens.

Poissons analysés

Mulets et poissons blancs ont été expédiés au muséum d'histoire naturelle de Paris, seul organisme disposant d'un protocole peu ou prou fiable pour mener des analyses sur la présence de cyanobactéries dans la chair. Mais les résultats ne seront pas connus avant le début du mois d'octobre. Le préfet du Maine-et-Loire s'est engagé à lever l'interdiction dès que les eaux de la Loire seront remontées « significativement ».
« Évidemment, les pêcheurs professionnels acceptent ce principe de précaution. Mais ils ne sont nullement inquiets sur la qualité sanitaire des poissons qu'ils pêchent et qu'ils proposent à leur clientèle. Mais en attendant leur image est une nouvelle fois écornée » déplore Mathieu Bodin, directeur de l'association des pêcheurs professionnels de Loire-Bretagne.
Plus largement, se pose la question de la gestion de l'eau des fleuves en période d'étiage important. « Entre Saumur et Angers, j'ai compté une vingtaine de canons arrosant par 35 °C à l'ombre du maïs avec de l'eau prélevée directement dans la nappe alluviale » indique-t-il.

Cyanobactéries

Les cyanobactéries sont des organismes qui se nourrissent de phosphates et de nitrates et qui se transforment en « algues » sous l'effet de la chaleur. Présence excessive de nutriments, très faibles débits de l'eau rendue, par ailleurs, transparente par le « travail » de filtration des corbicules présentes, elles aussi, en excès et fortes chaleurs : les conditions, au mois d'août, étaient réunies pour favoriser le développement et la prolifération de cyanobactéries, continuellement présentes dans le bassin de la Loire, mais qui se font habituellement discrètes et qui « n'ont jamais provoqué, à notre connaissance, aucun cas d'intoxication humaine » précise Mathieu Bodin.

Frédéric Véronneau