réservé aux professionnels






Mot de passe oublié ?
Pas encore inscrit ?

 

Pub-Grunner1

 

Les silures de Loire et du Lot passent à la casserole

Silure-Dordogne6Silurus glanis intrigue. Ses us et coutumes font parfois galoper les imaginations. Les études scientifiques, menées par des organismes reconnus, se succèdent, apportant leur lot de connaissances coupant court à certaines visions fantaisistes. On en sait donc désormais un peu plus non seulement sur le silure de Loire, sur ses pratiques prédatrices dans des zones dépourvues de barrages, et sur son aura culinaire, mais aussi sur le silure du Lot et « ses interactions sur l'ichtyofaune métropolitaine ».
« Le spectre alimentaire des silures analysés, de longueur totale comprise entre 11 et 251 cm contient 24 taxons proies, invertébrés benthiques, écrevisses, poissons holobiotiques d'eau douce, migrateurs amphihalins (saumon atlantique, grande alose, lamproie marine, mulet), oiseaux (canard colvert, grèbe huppé, poule d'eau) et un rat. » écrivent Nicolas Belhamiti et Catherine Boisneau, auteurs de l'étude « Silurus », menée sur la Loire entre 2012 et 2014. En vieillissant et grandissant, le silure mange de tout. Et c'est dans ses phases de croissance, entre 40 et 80 cm, et entre 120 et 180 cm, qu'il se montre le plus avide. Passé le 1,80 m, le carnassier réduit proportionnellement ses besoins alimentaires. L'étude Silurus n'a pas mis à jour de cas de cannibalisme, et aucune trace d'anguilles n'a été retrouvée dans les contenus stomacaux, contrairement aux constatations faites lors d'une précédente étude.
Le silure ligérien grandit plus rapidement que ses congénères des bassins hydrographiques de son aire d'origine (Europe de l'Est) et des aires d'introduction. Il a également été constaté que des individus d'un même âge pouvaient avoir des poids et tailles très différentes. En Loire, les femelles sont plus nombreuses que les mâles, à l'inverse de la situation constatée sur le bassin Garonne-Dordogne.
« Dans le Lot à Douelle, la population de silures semble consommer une proportion non négligeable de la productivité piscicole du site. [...] Les silures consomment des migrateurs anadromes. Cette consommation augmente avec la taille des individus. Les silures présents au pied du barrage de Golfech ne se spécialisent pas dans la consommation de migrateurs anadromes. » écrivent notamment les auteurs de l'étude menée conjointement par l'Onema et le laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (Écolab) de l'université de Toulouse III.

Chair prisée

Quoi qu'il en soit, « avant l'étude sur le silure de Loire, ce sont quelques dizaines de kilos qui étaient vendus, et désormais ce sont plusieurs centaines. [...] De nombreux restaurateurs ont à cœur de servir du silure pour participer à sa valorisation, dont un établissement possédant une étoile au guide Michelin. La valorisation du silure a été un grand succès. De nombreux pêcheurs n'arrivent pas à fournir suffisamment pour satisfaire leurs clients. » précise Nicolas Belhamiti.